Des méduses vinyliques sur la Garonne

Crédits: Aurore Jarnoux

Vous vous êtes peut-être demandé ce que faisaient ces étranges bestioles sur la Garonne. Sans le savoir, vous avez assisté à un happening artistique intitulé Gone with the Trend. L’objectif : promouvoir le label musical bordelais « Boxon Records » et faire découvrir des créations en vinyles, illustrations de courants musicaux. Une idée originale qui a pris l’eau.

Crédits: Aurélie Simon

Tout avait pourtant bien commencé. Le hangar Darwin a hébergé, plusieurs jours avant l’évènement, plasticiens et étudiants de l’IUT Science et Génie des Matériaux. Découpage, collage, repassage : au final, treize nymphéas de 16m2 ont vu le jour. Chacun composé de dizaines de vinyles, eux-mêmes collés sur du polystyrène. Flottabilité oblige. Ces nénuphars, méduses ou nymphéas (chacun y voit ce qu’il veut) représentent des courants musicaux : jazz, rock, hip-hop, punk, classique, disco… Il y en avait pour tous les goûts.

Crédits: Aurélie Simon

A l’origine du projet Gone with the Trend, Eric Imbault, un plasticien bordelais. Il a jeté sans vergogne ses treize réalisations dans le lit déchaîné de la Garonne. Le tout pour le lancement de Re-design Boxon : pendant six mois, des artistes vont se servir des vinyles pour les transformer en œuvres d’art.

Crédits: Aurore Jarnoux

Mais c’était sans compter sur la météo… Des trois lâchés prévus, à trois moments différents de la journée, il n’y en a eu qu’un, pluie et vent obligent. Sur le ponton d’honneur, on ne voyait que les organisateurs ; le public était aux abonnés absents. Un show gâché par un temps de chien. L’art et ses limites…

Aurélie Simon & Aurore Jarnoux / BastideBrazzaBlog

  • Twitter
  • Facebook